IRAMAT Centre Ernest Babelon - UMR 5060


notre laboratoire

autres sites iramat

Nos tutelles

CNRS



Accueil du site > À la une

Hommage à Bernard GUINEAU

Notre collègue et ami Bernard Guineau nous a quittés le lundi 15 février 2021 dans sa 85ème année.

Nous nous associons à l’hommage rendu par Bernard Indergand au nom de ses amis du Centre Français de la Couleur :

"Bernard Guineau était un spécialiste dans l’histoire des procédés de coloration depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Il fut également un pionnier dans l’application des méthodes physico-chimiques à l’étude des pigments et des colorants anciens. Il fut en outre l’un des membres éminents, et éminemment actif, de la commission vocabulaire du CFC qui contribua à l’élaboration du « Dictionnaire des Termes de la couleur » sous la direction de Robert Sève. Avec François Delamare, il publia dans la collection Découverte Gallimard un ouvrage très apprécié du grand public : « Les Matériaux de la couleur ». Les chercheurs lui sont redevables de la coordination de « Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Age - Teinture, peinture, enluminure, études historiques et physico-chimiques » CNRS Éditions, et nous lui devons une véritable bible des pigments : « le Glossaire des matériaux de la couleur et des termes employés dans les recettes de couleurs anciennes » paru chez Brépols dans la collection De Diversis Artibus ; il avait posé les bases de cet ouvrage dès 1990 en soumettant à discussion, à l’École Pratique des Hautes Études (Paris) Section Sciences Historiques et Philologiques, les premiers spécimens de ce qu’il nommait alors : « Dictionnaire des pigments et colorants d’intérêt archéologique ».

Bernard Guineau s’est livré à l’examen systématique de la matière première chromatique par des méthodes physico-chimiques d’analyse. On retrouvera utilement et avec bonheur ses contributions aux études préhistoriques – voir l’étude des pigments noirs dans les peintures pariétales, à propos de la frise noire de Pech Merle –. À propos des peintures de manuscrit, il étudia le premier les pigments utilisés dans les enluminures par microspectrométrie Raman laser. On retrouve la diversité de ses thèmes de recherche en parcourant sa bibliographie ici et .

Nous avons la chance de pouvoir également consulter au Conservatoire des ocres, à Okhra, le fonds Guineau, doté d’une bibliothèque thématique rassemblant 650 ouvrages des XVIe, XVIIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles sur l’histoire de la chimie, de la physique, des sciences naturelles et des arts appliqués en relation avec l’histoire des matériaux de la couleur.

Bernard Guineau se doutait bien que tout le monde ne serait pas aussi enthousiaste que lui des détails infimes vers lesquels il tournait son insatiable curiosité, mais il refusait de cesser de se poser toutes les questions qu’il jugeait dignes d’intérêt. Il avait été président de l’Association « Les Amis de La Charité-sur-Loire », il aimait la Loire et ses peintres. Avec cette association, il publia plusieurs monographies et, en 2004, un ouvrage sur La manufacture de faïences fines de La Charité-sur-Loire (Nièvre) 1802-1812.

Il me paraît qu’en consacrant ses soins à l’étude des pigments et des colorants il apporta une contribution décisive, propre à façonner l’ensemble de nos disciplines."

Bernard Guineau était arrivé au laboratoire en 1989 et y a terminé sa carrière CNRS en 2001.