IRAMAT Centre Ernest Babelon - UMR 5060


notre laboratoire

autres sites iramat

Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil du site > Projets > Projets en cours

CODIKHUM

CODIKHUM : La codicologie du livre humaniste à l’époque de la Renaissance. Projet AAPG ANR 2018 - 2022 (42mois) dirigé par Marie-Elisabeth Boutroue (CNRS)

Partenaires du projet : UMR 7323 CESR-Université de Tours ; UMR 5060 IRAMAT-CEB, CNRS-Université d’Orléans Patricia ROGER-PUYO ; Université de Toulouse Laboratoire Plasma et Conversion d’Energie ;

Le projet CodikHum vise la mise au point de nouveaux instruments pour étudier les encres anciennes utilisées sur des documents de la Renaissance, manuscrits ou imprimés.
Il s’agit ainsi de disposer d’outils spécifiques pour étudier la diffusion et la réception des œuvres anciennes, ou pour authentifier des documents, notamment dans les cas où l’on ne dispose pas d’autres sources verbales.
Rassemblant trois laboratoires spécialisés dans des disciplines complémentaires, habitués à travailler de façon transdisciplinaire, CodikHum se fixe une série d’objectifs et d’étapes à franchir :
- enrichissement de la documentation disponible sur les encres anciennes
- constitution d’un corpus d’analyses plus vaste
- recherche de méthodes d’analyse nouvelle
- constitution d’un protocole global pour identifier une encre ancienne et adaptation du matériel disponible à des fins de miniaturisation.

Le projet débouche sur la rédaction d’un cahier des charges pour la fabrication d’un outil nouveau en vue de préparer une phase de pré-industrialisation de ce nouvel outil.

Le corpus des analyses proposées sera étendu non seulement aux encres manuscrites pour lesquelles on dispose d’une bibliographie relativement étendue, mais aussi aux encres utilisées par les premiers imprimeurs, beaucoup moins bien connues. Ces analyses, jointes à celles déjà effectuées par les membres du consortium permettent de dessiner un panorama des techniques utilisées à la Renaissance pour écrire et imprimer des livres. Elles posent aussi les bases d’une future banque de données qui est encore à constituer aujourd’hui. Le projet comporte aussi un volet de formation dont l’objectif est de permettre aux chercheurs de chacune des communautés scientifiques représentées de mieux comprendre les méthodes et les protocoles de champs disciplinaires radicalement différents. Il inclut aussi une dimension de valorisation pour faire connaître les résultats d’une enquête qui est d’une grande technicité mais concerne les fondations mêmes de la pensée européenne de la Renaissance.

The CodikHum project aims the development of new instruments for the study of ancient inks used on Renaissance documents, manuscripts or early printed books.
We wish to have specific tools for the study of the diffusion and reception of ancient works in the Renaissance. We also want to use these techniques to authenticate documents in the absence of verbal indications.
The CodikHum project gathers three research teams in different scientific disciplines. These teams are used to work together, in a transdisciplinary way. CodikHum has several goals and steps to overcome :
- We want to increase the documentation available on older inks
- build a larger corpus of analysis
- find other methods to analyse inks and to establish their identity.

At the end of the research, we also want to adapt the available material and miniaturize it. The project led to the drafting of a specification for the manufacture of a new tool which could then be industrialized.
The methods used in the CodikHum program are based on spectrometry, colorimetry, ink surface analysis and microscopy. Each of the proposed methods has been tested, either in a corpus of pigments or inks, or on other materials. The corpus of the proposed analyzes will be extended not only to handwritten inks for which a relatively extensive bibliography is available, but also to the inks used by the first printers, much less well known.
These analyzes, combined with those already done by the members of the consortium, make it possible to draw a panorama of Renaissance techniques used to write and print books. They also lay the foundation for a future database that is still to be established today. The project also includes a training component, the aim of which is to enable researchers from each of the scientific communities represented to better understand the radically different methods and protocols of disciplinary fields. It also includes a valorisation dimension to publicize the results of a survey which is of great technicality but concerns the very foundations of European thought of the Renaissance.